Créer un compte

Fiches métiers

 

Finalité du métier

Métier purement commercial, le VRP, ou voyageur représentant placier, commercialise les produits d’une ou plusieurs entreprises en allant à la rencontre des clients, sur leur lieu de travail ou de résidence. Il existe deux types de VRP. Le VRP exclusif ne travaille que pour une seule entreprise durant son contrat, tandis qu’un VRP multicartes démarche des clients pour plusieurs sociétés.

Missions principales

La mission principale du VRP consiste à vendre des produits d’une entreprise donnée en se déplaçant à la rencontre des clients potentiels. Véritable force de vente d’une entreprise, le VRP prospecte et va au-devant des besoins des clients, particuliers ou professionnels. C’est à la charge du VRP de représenter l’entreprise auprès de la clientèle, lui conférant le rôle d’ambassadeur de la marque. Homme ou femme de terrain, le VRP doit nouer contact avec ses clients, établir une relation de confiance et vendre les produits en présentant leurs caractéristiques et leur prix. Il doit ensuite veiller à fidéliser la clientèle.

Evolutions potentielles

Maillon fort de la stratégie proactive des entreprises qui vont au-devant des clients, le VRP peut rapidement évoluer à des postes plus importants. Il peut ainsi devenir chef de groupe ou chef de secteur dès lors qu’il maîtrise parfaitement le marché et les produits. Plus tard, il peut accéder au poste de responsable de vente et avec plusieurs années d’expérience, il peut prétendre au poste de directeur commercial.

Rémunération

Le statut du VRP implique que son salaire varie en fonction des ventes réalisées. Cette rémunération se base alors sur les objectifs chiffrés posés par l’entreprise qui lui confie des produits ou des services à vendre. Il existe également des entreprises qui fixent un salaire auquel viennent s’ajouter les commissions réalisées sur chaque vente. Un minimum légal est garanti par la loi. Un VRP débutant touche entre 1 700 euros et 2 300 euros bruts mensuels auxquels s’ajoutent les commissions.

Compétences

Homme ou femme de communication, le VRP devra disposer d’une très grande capacité de persuasion et une connaissance parfaite de ses produits s’il veut se faire une place dans un milieu très concurrentiel. En tant qu’ambassadeur d’une ou plusieurs entreprises, il doit faire montre d’une capacité d’argumentation afin de présenter les produits sous leur meilleur angle sans toutefois abuser les clients. Disponibilité et souplesse doivent également figurer parmi les qualités du VRP puisqu’il est amené à se déplacer très souvent et entrer en contact avec des clients actuels et potentiels très hétéroclites.

Profils les plus demandés, formation

Un titulaire de bac pro option vente peut devenir VRP pour une petite ou moyenne entreprise. Actuellement, les titulaires d’un BTS en relation client, en management des unités commerciales, technico-commercial ou les titulaires d’un DUT en techniques de commercialisation sont les plus recherchés par les entreprises. Selon la taille de l’entreprise et les types de produits vendus, certaines sociétés ne recrutent que des commerciaux sortant des écoles de commerce et disposant d’un niveau bac 3 voire bac 5 pour les entreprises les plus pointues.

Types d’employeurs

Une grande majorité des entreprises à visée commerciale font aujourd’hui appel à des VRP pour vendre leurs produits ou services sans devoir attendre que les clients viennent à eux. Outre les classiques VRP qui travaillent dans le secteur de l’électroménager ou de l’audiovisuel, les entreprises pharmaceutiques, technologiques ou encore les sociétés de services comme les assurances ou les sociétés de crédit font aujourd’hui appel à des VRP.

Rattachement hiérarchique, environnement de travail et interlocuteurs

Le VRP est rattaché à la direction des ventes d’une entreprise. En fonction de la taille et de la structure de la société, il pourra être rattaché à un chef secteur, à un responsable de vente ou directement au directeur commercial. De par son travail sur le terrain, le VRP entre en contact avec une clientèle diversifiée à laquelle il doit constamment s’adapter. Au niveau de l’entreprise, il doit assister à des réunions pour s’informer des caractéristiques des nouveaux produits ou de nouvelles zones de ventes et de prospection. Le cadre très concurrentiel de la vente le soumet à une pression constante.